Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Retour

C'était Où Déjà ?

C'est quoi ce blog

Si vous arrivez par hasard ici, sachez que ce blog a été totalement vidé de son contenu début mars 2011. Pendant des années (mon premier article datait de 2005) j'ai raconté ma vie de célibataire un peu romancée. Je ne regrette pas de l'avoir fait, mais ma vie a changé, ma motivation et ma disponibilité pour ce blog ont diminué. Comme malgré tout il est difficile d'arrêter complètement, vous trouverez de temps en temps ici un petit article, je mettrai aussi quelques photos ici et sur mon blog photo.

Archives

Petite précision

Je boycotte tous les réseaux sociaux sous quelques formes que ce soit.
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 06:22

Préparer l'anniversaire de mon papa (80 printemps et en pleine forme, c'est-y-pas beau ça ?), participer à la générale, échauffements, raccords et deux concerts du Requiem de Mozart.

Une très belle aventure qui est malheureusement terminée, jusqu'à la prochaine.

Un accueil superbe de la petite ville où nous avons chanté. Repas rapide pour 60 personnes et collation le lendemain, c'est assez rare pour le souligner.

Certes, il ya eu des énervements, des "s'entrainer sans le chef" griffonnés rageusement sur ma partition tant cet homme génial ne dirigeait que l'orchestre et nous oubliait parfois, nous, les choristes.

Les départs ! il faut nous donner les départs !

Dans le concert d'hier, je me suis parfois raccrochée aux branches. Genre "Oups, mes copines ont démarré depuis un dizième de seconde, faudrait peut-être que je chante moi aussi."

Mais globalement, une très belle aventure, avec cette église pleine à craquer, deux jours de suite. La nuit, lorsque le public est dans l'ombre, c'est moins impressionnant, mais le jour, lorsqu'on voit tout le monde, ça fait un sacré effet.

J'ai vécu aussi l'expérience de chanter à 20 cm, que dis-je 10 cm derrière trois trombonistes. D'une part, on ne s'entend pas chanter, et d'autre part, le trombone à coulisse, coulisse vers l'avant évidemment, mais dépasse aussi sur l'arrière du musicien. Ca fait drôle de chanter en devant surveiller le trombonne pour ne pas le heurter.

Mais, rien ne vaut la voix émue de mon papa ce matin au téléphone. "Qu'est-ce que j'étais content de passer le week-end chez vous !".

Ca, ça efface toute la fatique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cristophe 18/10/2012 10:56


Ton papa te voussoie ?


Je plaisante. J'ai l'impression que ton papa a "adopté" ton compagnon à deux pattes.

Blanche 18/10/2012 18:34



Et oui. je suis devenue "nous", enfin "vous" pour mon papa.