Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Retour

C'était Où Déjà ?

C'est quoi ce blog

Si vous arrivez par hasard ici, sachez que ce blog a été totalement vidé de son contenu début mars 2011. Pendant des années (mon premier article datait de 2005) j'ai raconté ma vie de célibataire un peu romancée. Je ne regrette pas de l'avoir fait, mais ma vie a changé, ma motivation et ma disponibilité pour ce blog ont diminué. Comme malgré tout il est difficile d'arrêter complètement, vous trouverez de temps en temps ici un petit article, je mettrai aussi quelques photos ici et sur mon blog photo.

Archives

Petite précision

Je boycotte tous les réseaux sociaux sous quelques formes que ce soit.
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 06:14

En photo je passe par des hauts et des bas. Un coup, je me trouve géniale -enfin faut pas exagérer non plus- un coup nullissime.

Je vois tous les défauts de mes photos, mais apparemment, je suis loin d'avoir encore tout vu, loin de savoir corriger ces erreurs, loin de là.

J'ai fabriqué mon nouveau blog photo pour faire comme un book, montrer ce que je sais faire. Parce que j'avais une envie cette année : prendre des cours de photo. Progresser, vraiment.

Entretien pour postuler, ce cours de photo est sérieux, apparemment.

J'ai donné l'adresse de mon blog photo à mon futur éventuel prof. J'aurais peut-être pas du. A ma question "vous avez vu mon blog photo ?", je l'ai vu gêné, poli quand même "mmf, mouinf". Il ne voulait pas me casser tout de suite. Il a dit quelque chose comme "vous avez une marge de progression".

Et je suis repartie, la queue entre les jambes. Il m'a rattrapée en disant "faut pas que ça vous décourage", mais c'est trop tard. J'assisterai à ses cours comme une pauvre limace regardant les étoiles. Mais j'y assisterai, au moins aux trois premiers, pour voir. Quelques soient les progrès que je pourrai faire, de toutes façons, je pars de si bas que je ne peux que progresser.

Il m'a réconfortée au moins sur un point, je lui ai dit que j'avais un reflex numérique, mais que ce n'était pas un appareil à 50.000 dollars. Il m'a dit "C'est normal, ce n'est pas votre métier".

Maintenant, faut que je découvre l'univers du traitement d'image chez Macintoch, et ça, c'est pas gagné !

Repost 0
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 19:19

Les voisins sont dans le jardin en train de dîner, et voilà mon chat qui zieute. Vous remarquerez qu'il s'est affiné, musclé depuis qu'il chasse les papillons dans le jardin, mais il est toujours aussi curieux.

chatcommere.jpg

Repost 0
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 09:24

Ou en français "Les Saphirs".

Un bijou dans le cinéma indigent du mois d'août. Les chanteuses sont extra. Leurs interprétations à capella au début du film m'ont donné des frissons. J'ai battu du pied et des mains pendant tout le film et j'ai pleuré les vingt dernières minutes. Panne de mouchoir, c'est dire ! J'adore qu'un film m'émeuve comme ça ! Je précise que M. Blanc n'a pas pleuré, ce n'est pas une mauviette, lui, mais il a adoré. A voir OBLIGATOIREMENT en VO !

Petit détail, l'article dans Allociné parle d'une "comédie musicale", j'appellerais ça plutôt un film musical. Ils ne se mettent pas à chanter n'importe quand comme dans "Les Demoiselles de Rochefort".

 

les-saphirs.jpg

Synopsis et détails

Australie, 1968, trois sœurs aborigènes : Gail, Julie et Cynthia et leur cousine Kay, sont découvertes par Dave, musicien irlandais au caractère bien trempé, amateur de whisky et de soul music. Dave remanie le répertoire du groupe, rebaptisé "The Sapphires", et organise une tournée dans les zones de guerre du Vietnam du Sud. Dans le delta du Mékong où elles chantent pour les marines, les filles déchainent les foules, esquivent les balles et tombent amoureuses.

The Sapphires est un film en grande partie musical, comprenant de nombreuses reprises de standards de la musique soul, de James Brown à Sam & Dave. Les chansons sont interprétées par trois soeurs aborigènes et leur cousine. Elles forment un groupe, sous la houlette d'un manager déjanté (incarné par le drôlissime Chris O'Dowd), pour aller chanter au Vietnam et remonter le moral des troupes américaines partie sur le front. Si l'intrigue se passe sur fond de guerre, The Sapphires est pourtant bien une comédie, drôle, entrainante et revigorante, se focalisant sur les péripéties de ce groupe pas comme les autres... Petit détail qui donne son supplément d'âme au film : les aventures de The Sapphires sont inspirées d'une histoire vraie !

Repost 0
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 14:09

Pas de Calais, fin juillet, une chaleur terrible. Nous avions réservé un hôtel… à Calais justement.

Triste ville Calais à propos. Pas vu les immigrants dont on parlait tant au moment de la fermeture de Sangate, mais vu une ville dégradée.

J’imagine, parce que j’ai rien lu sur le sujet, que la ville intra-muros a été rasée pendant la dernière guerre et qu’elle a été reconstruite vite fait pendant les années 50 (comme Royan, mais en pire). Avant d’aller à Calais, j’avais regardé un peu le plan, et j’avais imaginé un truc comme Saint Malo par exemple. Et bien pas du tout. Calais centre-ville, ce sont des cages à lapins, barres de 4 étages en béton, toutes identiques, et toutes se dégradant de la même manière. On voit le fer rouillé qui fait éclater le béton et c’est très très laid. Certes il y a quelques jolis monuments, mais ils ont un peu de mal à se faire une place.

Je dis ça je dis rien, mais pour moi il y aurait vraiment urgence à raser et tout reprendre. Un sacré boulot !

Mais j’ai dévié de mon sujet.

Nous avions donc réservé un hôtel à Calais. Mauvaise surprise, il était dans une de ces « cages à lapins » justement. Aucun charme.

A l’entrée, un papier qui disait que l’accueil était ouvert à 16 h. Ca tombait bien, il était 16 h 15. Et la porte était fermée. Un n° de téléphone à appeler dans un hôtel à 500 m. Pour faire des économies, les hôteliers ne mettent qu’un agent d’accueil dans deux hôtels. C’est pratique ! Nous appelons évidemment. Réponse à moitié étonnée « Ah bon ? Elle n’est pas là ? Elle va arriver ». Et là la dame au téléphone nous donne le digicode pour entrer au frais.

Salon tape-à-l’oeil, déco baroque habituelle. C’est incroyable comme les décorateurs d’hôtel ont peu d’imagination. Murs sombres genre rouge basque, canapés en tissus et coussins vintage et les inévitables lustres à pampilles Ikéa ou Confo.

Je m’assois et commence à potasser Voici et Closer. Ce sont des intellos dans cet hôtel !

Une demie heure passe. M. Blanc fait les 100 pas. Closer ne le tente pas. Il rappelle, mais n’obtient pas plus d’info. Du genre « Je suis coincée dans l’Hôtel trucmuche à  500 m de là, et je peux rien pour vous ». Des nouveaux clients se présentent comme nous. La dame ne doit pas leur donner le code parce qu’ils repartent. J’ai appris Closer par cœur. C’est sidérant, je ne connais pas la majorité des people dont ils parlent, artistes de téléréalité et femmes de footballeurs probablement.

Tout a coup, M. Blanc m’annonce une « belle blonde ». Lui qui n’est pas futile, je suis impatiente de voir ce que c’est une belle blonde pour lui. Je n’ai pas été déçue. 55 ans bien tassés, mais habillée comme si elle en avait 30, refaite (bouche en pneu), maquillée comme un camion volé, chaussures de pétasse à talons de 15 cm, rouges évidemment, vêtement largement dégagé sur une vieille épaule trop bronzée. Et blondeur platine tout a fait artificielle sur cheveux longs artistiquement dépeignés. Tout a fait vulgaire. Elle alimente encore nos fous rires. Moi j’ai mes « beaux bébés » 1m95 et 120 kg de graisse/muscles avec tatouages, et lui ses « belles blondes ».

 

Repost 0
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 13:56

Le jardinage c’est bien.

Le jardinage ça m’a obligé à creuser/labourer une petite partie du terrain pour aménager un potager, parce qu’avec la moitié en cailloux plein d’herbes folles et l’autre moitié en pelouse/paillasson, on ne peut pas dire que les propriétaires de cette maison était des disciples de Stéphane Marie.

J’ai donc redécouvert à cette occasion des muscles que je ne connaissais pas.

Dans un jardin, il faut un temps fou pour que les trucs poussent. Ca a l’air de pousser vite au départ, mais le temps que ça fasse des fleurs, et des fruits à taille normale, il faut des semaines.

J’ai découvert à cette occasion une vertu que je n’ai pas, la patience.

J’ai décidé de ne mettre aucun produit autre que ceux prévu pour l’agriculture biologique. Ce qui fait que la saison avançant, je découvre des maladies et des bestioles parasites dont je ne connaissais ni le nom, ni l’existence.

Avez-vous essayé de lire des blogs de jardinage bio ? Si on les écoute, on est jour et nuit dans sa parcelle à observer, prévenir, soigner, mais surtout pas arroser. Partout il est répété que le plus grand danger des plantes c’est l’excès d’humidité.

Contre tel parasite, il faut planter ça, contre telle maladie, il faut faire trempouiller les feuilles d’un truc introuvable* pendant 15 jours en remuant toutes les heures.

Même pour faire des graines de tomates pour l’année prochaine, il faut 4 jours, en touillant deux fois par jour !

Mais mon souci principal ce sont les oiseaux des alentours. On dirait qu’ils n’ont rien à bouffer ailleurs. Les cerises, les feuilles de rhubarbe, les fraises, les tomates cerises, tout est bon pour eux. Alors tout est sous filet. C’est sympa un jardin sous filet, convivial et tout !

Pas top le jardinage ?

Sauf qu’aujourd’hui, je suis allée au marché : 4 euros le kilo de tomates sans goût, soit-disant de plein champ ou de jardin, en pleine saison !

Moralité, l’année prochaine, j’agrandis mon jardin, et je plante 10 pieds de tomates. Faut pas déconner non plus !

Pour les fleurs par contre, j’ai une petite collection de pélargoniums odorants dont je suis très fière. Odeur de rose, d'eau de cologne, de citronelle, j’adore toucher leurs feuilles et l’avantage avec les pélargoniums, c’est que ça se bouture comme rien et que ça sent tellement fort qu'aucun insecte ou maladie ne s’y attaque… jusqu’à présent. 

Allez une petite photo de mon carré aubergines/poivrons avant qu'une maladie ne les attaque.

aubergine.jpg

 

* désolée, mais moi j’ai pas d’orties dans mon jardin. En plus, vous avez déjà senti du purin d’ortie ! Ca a beau être bio, c’est vraiment dégueulasse !

Repost 0
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 06:00

A part de bonnes blagues sur les Français que racontent les Belges, voici ce que j'ai pu voir à Bruges.

humourbelge-1.JPGEt pire

humourbelge2.JPG

Vous achèteriez ça pour le manger ? Brrrr !

Repost 0
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 05:47

J'ai aimé l'exposition temporaire de la piscine de Roubaix, des formes plongées dans un four pour donner ces objets indescriptibles, mais magnifiques. J'avoue que les lignes de la "médiation culturelle" m'ont laissées perplexes comme souvent. Moi, c'est simple, j'aime ou je n'aime pas. Si vous avez la curiosité, allez lire le texte de Thiébaut Chagué.

Thiebaut-chague.jpgIl y avait aussi ce tableau que j'ai trouvé très émouvant. Le peintre s'appelle Léonard Fujita et l'oeuvre, "Au café".

Fujita.jpgNous avons aussi découvert Caudry et son musée de la dentelle. C'est l'exposition temporaire, très originale qui m'avait attiré l'oeil, mais j'ai bavé devant leur collection de robes de haute couture incrustées de dentelle de Caudry évidemment. Si je faisais un 34 et 1m85 !!

Caudry.jpg

Vous connaissez forcément la dentelle de Caudry, c'est elle qui illumine la robe du dernier mariage d'Angleterre. Kate Middleton, vous vous souvenez ? Un petit Google et hop.

Repost 0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 17:36

Puis ce fut Lille et sa place Louise de Bettignies :

Lille-1.JPGSes hôtels accueillants

Lille-2.JPG

Nous étions très déçus de ne pas avoir rencontré Dédé la Saumure.

Puis la magnifique piscine de Roubaix où j'ai pris... euh... plus de 30 photos !

Roubaix.jpg

Par contre, nous n'avons pas du tout aimé le retour. "En raison d'incivilités, le métro ne fonctionne pas pour une durée indéterminée entre les stations machin et truc". Pour tout dire, le seul moyen de locomotion pour revenir sur Lille était le tram (version modernisée du Mongy), un samedi en fin d'après midi, par une grande chaleur, c'est... typique  !

Repost 0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 06:00

Ca c'était Oostduinkerke à 16 h. Quand je vous disais qu'il avait fait beau !

oostduinkerke.JPGPuis ce fut Bruges, classique,

Bruges-1.JPG

Bruges vue des toits

bruges-2et Bruges encore plus classique...

Bruges-3.jpgA propos, si vous avez l'occasion de visiter cette brasserie, n'hésitez pas. Notre guide a jonglé du flamand au français avec un brio superbe. Visite très intéressante, et bière gratuite à la sortie. Nous nous sommes senti "obligés" de déjeuner, c'était l'heure, et c'était vraiment très fin et pas plus cher que dans les cafés alentours. Il faut le savoir se nourrir à Bruges est hors de prix. Ville de touristes ! Piège à touristes !



Repost 0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 17:25

La baie de Somme et ses Henson.

Henson.jpg

La plage de Cayeux et ses cabines de plage.

Cayeux.JPGL'hôtel de ville de Calais et son exposition de bonbons géant. Certes, pas loin, il y avait aussi la magnifique statue des Bourgeois, mais j'ai trouvé celle-ci plus rigolote.

Calais.JPG

(to be continued...)

Repost 0